Premières étapes

La Journée sans achat:
24 novembre 2017

En vedette dans R4R

Ressources pour approfondir l'apprentissage

Le défi est lancé : ne rien acheter pendant toute une journée ! Initiée en 1992 à Vancouver, la Journée sans achat vise à attirer l’attention sur le rôle joué par la publicité sur la surconsommation dans les pays développés. Soulignée annuellement dans plusieurs pays, elle est ainsi l’occasion de mettre en évidence les conséquences environnementales, morales et sociales de notre société de consommation. La Journée sans achat est prévue le lendemain de l’Action de grâces des États-Unis, date qui marque le début symbolique de la saison des achats des Fêtes. Il s’agit de faire une petite pause dans nos habitudes de consommation pour réfléchir à l’impact qu’elles peuvent avoir sur l’environnement, ainsi que sur les habitants des pays en voie de développement, où sont produits la plupart de nos biens.

Dans le cadre de la Journée sans achat 2017, des enseignants et leurs élèves de partout au monde vont s’intéresser aux bénéfices de la réduction de notre consommation et de la réutilisation des produits, et exiger des compagnies qu’elles s’attaquent au problème de façon plus équitable.

Pourquoi se préoccuper de nos habitudes de Source: http://thecouponproject.comconsommation?

  • Les habitants des pays développés ne constituent que 20% de la population mondiale, mais consomment 80% des ressources naturelles de la planète. Non seulement consommons-nous ainsi plus que notre part, mais nous causons aussi des dommages environnementaux de façon disproportionnée.
  • Selon les Nations Unies, un habitant de l’Amérique du Nord consomme en moyenne 30 fois plus de ressources qu’un habitant de l’Inde.
  • De quatre à six hectares de terres sont à présent nécessaires pour subvenir à la consommation moyenne de chaque habitant d’un pays comme le Canada.
  • Pour nous convaincre d’acheter leurs produits, les compagnies dépensent en publicités en moyenne 370$ par année et par Canadien. Au niveau mondial, c’est plus de 200 milliards de dollars qui sont dépensés en publicité pour des produits.
  • De plus en plus des biens que nous consommons sont produits dans les pays en voie de développement, où la main-d’œuvre est bon marché puisqu’il existe peu de garanties de protection des employés et de l’environnement.
  • Le niveau de consommation actuel est un fardeau sur les ressources naturelles de la planète. Dans les derniers 50 ans, on constate la dégradation de 60% des services rendus par l’ensemble des écosystèmes.
  • Les matériaux bruts et les méthodes de fabrication des produits ont un impact négatif sur la santé des êtres humains, de la faune et de l’environnement.
  • Pour rendre les produits plus attirants, les fabricants, les magasins à grande surface et les supermarchés les enveloppent dans des emballages excessifs et superflus; bien des composants de ces emballages ne peuvent être réutilisés ou recyclés.
  • Recycler les produits est une excellente mesure à prendre pour l’environnement, mais réduire sa consommation encore plus.

L’équipe de Ressources pour repenser invite les enseignants et les élèves à participer à la Journée sans achat, le 24 novembre 2017. Les ressources mises En vedette proposent des activités pertinentes pour approfondir les enjeux entourant la consommation.