Premières étapes

La saison des amours: grenouilles et salamandre

le début avril 2019

En vedette dans R4R

Ressources pour approfondir l'apprentissage

Pleins feux sur la saison des amours des grenouilles

 

En septembre, la cigale annonçait l’arrivée de l’automne; maintenant, c’est à la grenouille, en pleine saison des amours, de nous dire que le printemps est là. Il y a quelques semaines seulement, plusieurs d’entre elles étaient gelées en novembre, au fond d’une mare. Maintenant qu’elles sont dégelées, elles ont l’amour en tête.

 

Seuls les mâles se mettront à chanter et ce, dans l’espoir d’attirer une femelle et, dans certains cas, de s’établir un territoire. Ils entameront leurs mélodies quand la température, la nuit, s’élèvera à au moins 8oC. Quelques grenouilles ont pu commencer à chanter à la fin mars, dans le sud-ouest profond de l'Ontario, mais dans différentes régions du Canada, c’est en avril et mai qu’elles y mettront tout leur cœur. Le plus souvent, nous les entendrons entre la brunante et la tombée de la nuit, mais certaines espèces chantent également pendant le jour. Soyez à l’affût de conditions clémentes, humides et tranquilles durant ou suivant une pluie de faible intensité. 

 

La fertilisation, chez la grenouille, a lieu par voie externe. Le mâle attrape la femelle par-derrière et mélange son sperme à ses œufs à mesure qu’elles sortent de son corps. Les œufs fertilisés de grenouilles se reproduisant au début du printemps coulent sous la surface de l’eau, où ils sont à l’abri des dernières grosses gelées et de la glace qui se forme à la surface de l’eau.

 

Vous trouverez dans le tableau ci-contre des renseignements sur quelques-unes des grenouilles, selon l’ordre dans lequel elles commenceront à apparaître en avril. En partant à leur quête, n’oubliez pas que certaines de ces grenouilles ne sont de la taille d’un bourdon. Cherchez le sac vocal qui gonfle  pour produire son chant. Pour obtenir de plus amples renseignements sur ces grenouilles et ces crapauds, ou pour entendre leur chant, cliquez ici.

 

la grenouille

son emplacement

son chant

Où chercher

Rainette faux-grillon de l’Ouest

Pratiquement toutes les mares dépourvues de poissons; préfère les régions marécageuses entourées de gazon ou d’arbustes.

Trille ascendant qui rappelle le bruit que font les dents d’un peigne quand on y fait défiler notre doigt.

À la surface de l’eau, parmi les débris de plantes; très difficile à voir.

Rainette crucifère

Divers types d’étangs,mares printanières; plus commun près des fourrés où poussent les arbustes.

Cri bruyant et aigu, qui s’achève par une montée.

Sur la végétation, juste au-dessus de l’eau.

Grenouille des bois

Terres humides boisées et étangs; mares printanières.

Coassement de courte durée qui rappelle le cri d’un canard.

À la surface, parmi les débris de plantes qui flottent.

Crapaud d’Amérique

Étangs peu profonds, ruisseaux et fossés en bordure de route.

Trille long et monotone; la note varie de grenouille en grenouille.

Parmi la végétation aquatique et émergente.

Grenouille léopard

Étangs relativement permanents et sans poissons.

Note gutturale lente entrecoupée de coassements qui rappelle le bruit d’une main mouillée que l’on frotte sur un ballon.

À la surface, presque submergée.

Joignez-vous à Attention Grenouilles, et contribuez vos renseignements sur ces amphibiens.

ALERTE À L’ENVAHISSEUR!

Quand vous vous trouverez dans un marais à la recherche d’amphibiens, tendez l’oreille et vous entendrez peut-être le chant distinctif du ouaouaron. S’il vous est jamais arrivé de manger des pattes de grenouille, il y a de très fortes chances qu’elles appartenaient à une de ces créatures massives qui, soit dit en passant, figurent sur la liste des cent espèces exotiques envahissantes les plus importantes à l’échelle mondiale. Les ouaouarons mangent à peu près tout ce qu’ils peuvent mettre dans sa bouche, même d’autres grenouilles et des têtards. Leur appétit vorace est tel qu’il peut donner lieu à un déclin démographique chez les organismes indigènes; c’est exactement ce qui se produit en Colombie-Britannique, où le ouaouaron est une espèce invasive qui a une incidence majeure sur les écosystèmes de terres humides. Dans tout le reste de son aire de répartition canadienne, le ouaouaron n’est pas encore classé parmi les espèces envahissantes, mais il a le potentiel de l’être à l’avenir. Et que pouvez-vous faire pour donner un coup de main? L’un des meilleurs moyens de prévenir la propagation d’espèces exotiques est de veiller à ne pas déplacer ces organismes dans des habitats sensibles avec nos activités de plein air. Alors, sortez dehors et amusez-vous à capturer des têtards, mais quand vous les relâchez, assurez-vous de les remettre là où vous les avez trouvés!

 D’autres événements à ne pas manquer

  • Les salamandres aussi n’ont qu’une chose en tête – la reproduction - et se déplacent parfois sur de grandes distances pour s’accoupler dans des mares printanières. Celles que l’on croise le plus souvent sont la salamandre maculée, la salamandre à points bleus et le triton vert. En s’accouplant dans une mare temporaire, la salamandre empêche la prédation de ses œufs et de ses jeunes par les poissons et les tortues, mais elle doit s’accoupler assez tôt dans l’année pour permettre à ses embryons de se transformer avant que l’eau de la mare ne s’assèche. Si vous souhaitez partir à la recherche de salamandres, faites-le idéalement par une nuit pluvieuse et clémente, quand le mercure est au-dessus de 8oC. Vous les trouverez le long des routes qui traversent des terrains boisés marécageux; faites bien attention de ne pas en écraser! Dans certains endroits, on a construit des passages inférieurs pour permettre aux salamandres d’éviter les voitures.
  • Si vous voyez un moustique d’assez grande taille, c’est un adulte appartenant au genre Culex qui a survécu à l’hiver sous cette forme.
  • Le monarque quitte les sanctuaires du Mexique par milliers depuis la mi-mars environ, et il s’apprête à franchir la frontière du Texas. Ces mêmes papillons ont quitté le Nord à l’automne, et ils ont maintenant accouplés, mais ils ne reviendront pas dans notre région. Ils arrêteront et pondront leurs œufs, principalement au Texas.  Ils suivront le rythme avec asclépiade, qui a fleuri au Texas, en Oklahoma et dans les Carolines.  Combien de monarques s’attendre cette année est une question importante. Les entomologistes ont observé une augmentation de 144 % de ce type de papillon au Mexique cette année
    Il y a eu des baisses dans six des dix dernières années, une tendance inquiétante. Le déclin général a été lié à deux déforestations de l’habitat d’hivernage au Mexique et un déclin significatif de l’asclépiade et l'habitat de reproduction en général (147 millions d’acres aux États-Unis depuis 1992) résultant en partie d’une augmentation de l’utilisation de certains herbicides.  Tout est lié ! On peut s’attendre à voir moins de monarques cette année. Pour des mises à jour hebdomadaires sur la migration du monarque, consultez le site de Journey North.
  • Vous verrez peut-être l’isia isabelle qui sort brièvement après son sommeil hivernal et qui s’apprête à s’envelopper dans un cocon, d’où elle émergera sous sa forme adulte.
  • Près d’un bois de boulots ou de trembles, cherchez Brephos infans, un papillon diurne. De loin, il est d’apparence orangée.
  • Les ours noirs  sortent des tanières où ils ont passé l’hiver – les mâles, suivis des femelles ayant des petits âgés d’un an ou sans petits, puis les femelles sans petits. Pendant qu’ils sont dans leur tanières, on en profite pour mesurer et marquer les ours et leurs petits; cliquez ici pour voir l’expérience qu’a vécue Rick Mercer en accompagnant une équipe de chercheurs du ministère des Richesses naturelles. Les oursons ne mangent pratiquement pas de viande, se nourrissant d’abord de bourgeons du peuplier baumier puis, à mesure que la saison progresse, de nouvelles feuilles de tremble, de gazon et de pissenlits. Les ours ne reprendront pas le poids perdu durant l’hiver avant l’arrivée des baies, plus tard dans l’été.
  • Cherchez la loutre de rivière qui s’active sur ce qui reste de glace en bordure des étendues d’eau libre. Elle ramènera se proie à la surface de la glace pour la manger, et vous la verrez facilement parmi la neige et la glace.
  • La marmotte quitte finalement son terrier, si ce n’est pas déjà fait. Les prédictions livrées au début février à l’occasion du Jour de la marmotte se sont-elles avérées exactes dans votre région?
  • La gélinotte huppée de sexe masculin, qui cherche, bien sûr, à attirer l’attention d’une femelle. Le son qu’il produit est assez bas – on dirait presque une moto qui a du mal à démarrer.
  • Le mois d’avril est le meilleur moment de l’année pour entendre chanter la chouette rayée (vous pourrez l’entendre sur le site).
  • « Avril pluvieux, mai heureux », dit le vieux dicton. On dit souvent du mois d’avril qu’il y tombe beaucoup de pluie, mais dans plusieurs régions du pays, c’est surtout en mai et en juin qu’il pleut. Renseignez-vous sur la quantité de pluie que vous recevez normalement dans votre région en cette période de l’année, et voyez si la tendance est respectée cette année.                                                                                                                           
  • Le triangle d’été se présente au crépuscule à l’est et Orion se trouve à l’ouest, couché à l’horizontale comme si son règne hivernal l’avait épuisé. Ce dernier nous quitte à présent, avec le temps froid.                                                                                                        
  • Le soir du 8 avril la lune rend visite à Mars et aux Pléiades à l’ouest.